Les capteurs de rêves


À première vue, rien.

Peut-être sommes-nous venus au mauvais moment ou avons-nous mal calculé notre arrivée.

Ou encore peut-être sommes-nous juste à temps, en cadence avec ce qui va apparaître à tout moment.

Par bonheur, il arrive que nous sommes à temps pour le voir apparaître ou revenir faire au moins une autre apparition.

Effectivement, au risque d'anticiper un peu, nous pourrions dire que, pour l'instant, nous sommes entre scènes, dans la pénombre entre aujourd'hui et demain.

La nuit. Ou au moins entre-temps, dans l'intervalle où il semble ne rien se passer entre deux événements. Un temps vide ou mort. Un temps à endurer, un temps qui ne requiert de vous qu'une chose : marquer le pas.

Dans le même lieu ou sur place.

D'où la superposition ou le chevauchement de temps possibles et non pas, comme on pourrait le supposer, l'interminable recyclage d,une succession d'instants. Tel serait l'espacement d'un théâtre nocturne dans lequel ou selon lequel rien ne semble se passer.

Maintenant, si je ne me suis pas trompé d'heure, si je suis à l'heure et en cadence avec l'engin dIan, le mécanisme par lequel il peut non seulement faire apparaître et disparaître quelque « chose », mais en même temps le faire disparaître en le faisant apparaître, j'oserai dire que ce qu'il « produit » ici n,est pas du théâtre. Ou, si nous devons retenir une telle désignation, ce sera afin de prêter attention à ceci qui n'est pas, ce rien qui dépasse sa mise en scène.

Tout à toute l'opération qui suivra à dépendra de cet intervalle, cet instant entre deux instants où ce qui est déjà advenu ne s'est pas encore produit.

Et pourtant, rien " rien de visible " n'est survenu sur scène : aucun phénomène, aucune lumière, aucun effet théâtral qui vaille la peine d'être mentionné.

Entre-temps, donc, tout ce qui est requis du visiteur, c'est de s'abandonner à l'attente, de rester sur le qui-vive pour ce qui va se produire, l'événement à venir.

En d'autres termes : l'imprévu total, l'interminable retard ou le report de tout événement, de toute conséquence quelconque. Extrait d'un texte inédit, intitulé Visites : image, figure et l'envers du phénomène (1995), sur l'exposition 137 Tecumseh, dIan Carl-Harris.

Gordon Lebredt
48, avenue Garden, Toronto M6R 1H6 (416) 536-9537

 

cv de l'artiste

 


Le CIAC | Le Magazine Électronique | English version |