Programme de films: Cinéma de poésie
Commissaire: Robert Daudelin

 

En certains lieux, aller voir un film se dit «se faire une toile».

Et si le cinéaste, au moment de faire un film, pouvait aussi se dire «faire une toile»... Et être lyrique et rigoureux, comme Mondrian (Van der Keuken); ou lyrique et quotidien, comme Bonnard (Varda)... Ou s'emparer de la pellicule et la peindre (Hébert) ou la manipuler comme autant d'esquisses (Breer).

Alors le cinéma serait à nouveau libre. Et les cinéastes pourraient être poète (Svankmajer), philosophe (Tanner) ou essayiste (Godard) et le cinéma s'exposer tout normalement dans une Biennale d'art contemporain, sans avoir besoin de justifier sa présence.

Et le visiteur s'arrêterait devant la toile du cinéaste, comme devant celle du peintre, et rêverait d'une cité où la poésie retrouve ses droits.

 

Robert Daudelin
Directeur général
Cinémathèque québécoise

 


Le CIAC | Le Magazine Électronique | English version | | Sommaire du catalogue