Les capteurs de rêves
C'est la vie
Transarchitectures 02
Bernard Tschumi
Oeuvres électroniques

 

 

Les capteurs de rêves
Une exposition internationale regroupant des artistes autour de La Poésie, l'Humour et le Quotidien. Pour nous, la Poésie c'est une image concise et dense, la reconnaissance d'un geste simple et humain, l'espace d'un moment rempli d'émotions; l'Humour, c'est la dérision devant l'impuissance, la survie devant l'absurde, le pouvoir de rire de soi; le Quotidien, c'est l'instant devant soi, le lieu de l'honnêteté, le questionnement perpétuel. L'exposition compte 30 artistes du Québec, du Canada et de l'étranger.

Selon la légende amérindienne, le capteur de rêves reçoit les bons et les mauvais rêves qui flottent dans l'air. Les mauvais rêves seraient pris dans la toile et tenus jusque'à la première lumière du matin qui les brûle. Les bons rêves, connaissant leur chemin vers le trou, au centre de la toile, s'infiltrent dans les plumes et sont gardés pour pouvoir revenir une autre nuit, et être rêvés de nouveau.

Aujourd'hui, le capteur de rêves est suspendu partout où il peut nous apporter de l'énergie positive. Le capteur de rêves touche à l'émotion, à l'intuition, à la nature, à l'harmonie, à la sensualité, au ludisme, à la séduction, au yin et yang, à l'intelligence, à la poésie. Le capteur de rêves est conscient du monde. Son action n'est pas innocente.

Commissaire:
Claude Gosselin

Lieux:
Centre international d'art contemporain de Montréal
Marché Bonsecours
Musée Juste pour Rire
Espaces publics dans la ville
Les artistes

 

 

C'est la vie L'exposition C'est la vie réunit le travail de six artistes internationaux qui ont choisi d'utiliser la vidéo et la photo comme moyen de communication.

Depuis quelques années, on peut constater que de nombreux créateurs - en s'opposant à des tendances artistiques souvent vidées de sens et grandiloquentes - se sont à nouveau intéressés à des formes d'expression moins ambitieuses. Ils ont décidé de recommencer à zéro en prenant comme point de départ la vie quotidienne. L'analyse des circonstances de leur vie privée (famille, maison, travail) leur sert d'inspiration pour la création d'oeuvres dotées d'une fraîcheur surprenante. Leurs créations nous permettent en outre de découvrir des dimensions parfois oubliées liées à ce thème, classique dans le monde de l'art, la confrontation entre l'intime, l'authentique et le faux, l'artificiel.

La prédilection de ces six artistes pour des moyens très actuels, tels que la vidéo ou la photo, est frappante. De nos jours, la plupart des familles dispose d'un téléviseur, d'un appareil photo ou d'une caméra vidéo. Ces outils se sont transformés en objets tout à fait courants. La banalisation de ces médias est prise en compte par les six artistes sélectionnés. Leur attitude en tant que créateur et leur point de vue pourraient être comparés au positionnement d'un père ou d'une mère de famille quelconque. Les thèmes traités sont des situations plutôt courantes, fondés sur la réalité pure et dure. Ils ne cherchent pas à altérer, à intervenir, ils fuient toute théâtralité et mise-en-scène inutile. Le hasard et l'inattendu jouent souvent un rôle important.

Lucy Gunning et Sally Mann nous invitent à découvrir des univers intimes, observés avec une sensibilité féminine. Joël Bartoloméo et Stefan Banz partagent le même goët obsessionnel, quasi scientifique, pour les petits incidents et les aléas de la vie quotidienne. Les arrangements et les manipulations de Erwin Wurm et de Joachim Mogarra se ressemblent dans la manière qu'ils ont tous deux de nous séduire par leur recherche de la poésie cachée dans le monde inanimé des objets usuels de notre quotidien.

Ce sont six points de vue, six positions radicales, personnelles et différentes, mais où l'on détecte toutefois la même passion, le même amour pour le petit et le réel.

Commissaire:
Hilde Teerlinck

Coproduction:
Hilde Teerlinck
Centre international d,art contemporain de Montréal
Centre d'Art Contemporain, Bruxelles
Centro de la Fotografia de la Universidad de Salamanca

Lieu:
Musée Juste pour Rire
Les artistes

 

 

Transarchitectures 02 Cette exposition internationale regroupe quinze architectes qui explorent l'espace virtuel ouvert par les nouvelles technologies. L'abandon de la géométrie euclidienne introduit une dimension jusqu'alors inconnue de la tradition architecturale. La cyber-architecture prend forme sous nos yeux et annonce une transformation radicale des méthodes de conception. Le projet d'architecture se déploie dans le temps et dans l'espace, inventant au fur et à mesure ses propres limites. Ces expériences les plus actuelles d'architecture engagées dans la question numérique nous invitent à découvrir les étonnantes mutations de notre environnement.

Commissaires:
Odile Filion, Michel Vienne
Coproduction:
Architecture et prospective, Association Française d'Action Artistique
Lieu:
Centre de design de l'UQAM
Les artistes

 

 

Bernard Tschumi Bernard Tschumi propose aux visiteurs le parcours de la conception architecturale du Studio nationale des arts contemporains Le Fresnoy, Tourcoing, France, dans une sale distincte, du Centre de design de l’UQAM.

Directeur du centre de design de l'UQUÀM:
Georges Adamczyk
Chargé de projets d'expositions:
Georges Labrecque
Lieu:
Centre de design de l'UQAM
Les artistes

 

 

Oeuvres électroniques Dans le cadre de La Biennale de Montréal 1998, nous présentons une sélection d'oeuvres conçues pour le Web. Les projets pour La Biennale se rapprochent du thème Poésie, humour et quotidien et se distinguent par leur qualité. La sélection des projets Web a été effectuée à partir des oeuvres que nous avons déjà commentées dans Le Magazine électronique du CIAC. Les oeuvres pourront être vues au Musée Juste pour rire, où toutes les oeuvres multimédia sont regroupées.

Lieux:
Musée Juste pour Rire
Les artistes

 

 


Le CIAC | Le Magazine Électronique | English version |